Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
Fonctionnement du système des retraites
Le système retraite français est complexe : système par répartition, différents régimes, les trimestres, etc.

Trimestres cotisés, trimestres assimilés, trimestres de majoration : quelles différences ?

Publié le 07/02/2020

Lorsque l'on parle de la retraite, il existe plusieurs types de trimestres : trimestres cotisés, trimestres assimilés ou encore de majoration trimestres de majoration. Mais comment calculer sa retraite quand on ne connait pas les différences entre ces types de trimestres ?

quels sont les différents trimestres


Le trimestre, c’est quoi exactement ?

Le trimestre, c’est ce qui va permettre de calculer votre future pension de retraite. Tout au long de notre carrière, nous acquerrons des trimestres. Il est possible de valider jusqu’à 4 trimestres par an. L’objectif, c’est de valider assez de trimestres pour avoir une retraite à taux plein. Il faut donc avoir atteint l’âge légal de départ à la retraite soit 62 ans et avoir validé un certain nombre de trimestres qui varie selon votre année de naissance entre 166 trimestres (pour les générations nées à partir de 1955) et 172 trimestres (pour les actifs nés à partir du 1er janvier 1973). Si vous n’avez pas assez de trimestres validés, vous pourrez partir d’office à la retraite à l’âge  du taux plein, soit 67 ans. Pour prendre connaissance du nombre de trimestres que vous avez accumulés, il vous suffit de consulter votre relevé de situation individuelle ou relevé de carrière qui vous permettra d’avoir une vision d’ensemble  de vos droits à la retraite. En fonction de votre parcours de vie, les trimestres que vous validez peuvent compter différemment dans le calcul de votre retraite. On compte trois types différents de trimestres : les trimestres cotisés, les trimestres assimilés et les trimestres de majoration.

trimestres cotisés, majoration, assimilés

Les trimestres cotisés

Un trimestre cotisé correspond à la période pendant laquelle des cotisations retraites ont été prélevées sur votre salaire ou vos revenus professionnels puis reversées aux caisses de retraite. Dans le secteur privé, un trimestre est cotisé lorsque vous justifiez au 1er janvier de l’année concernée, avoir gagné l’équivalent de 150 fois le montant du Smic horaire brut. Ce dernier évolue chaque année selon la revalorisation du Smic. A titre indicatif, en 2020 votre rémunération mensuelle doit être au moins égale à 1 522,50 € brut pour valider un trimestre. Chaque année, vous ne pouvez cotiser que 4 trimestres.

Les trimestres assimilés

Les trimestres assimilés (dit trimestres non-cotisés) sont des trimestres qui s’acquièrent lors des périodes d’interruption involontaire de l’activité professionnelle. En effet, certaines situations (comme le chômage, la maladie ou la maternité, etc.) peuvent nous empêcher de travailler et donc d’accumuler des trimestres cotisés. Mais pas de panique, les trimestres assimilés seront pris en compte pour la durée d’assurance requise (durée de cotisation légale) nécessaire pour percevoir une retraite à taux plein.

Les congés maladie

Les périodes indemnisées au titre d’un congé maladie peuvent être retenues comme trimestre assimilé à raison d’un trimestre pour 60 jours de perception d’indemnités journalières. Même en congé maladie, vous ne pouvez valider que 4 trimestres par année.

Les congés de maternité ou d’adoption

Lors d’un congé maternité ou d’adoption, une période de 90 jours d’indemnités journalières permet de valider un trimestre. Il vous faudra transmettre une attestation précisant les périodes d’indemnisation et un justificatif de naissance ou d’adoption à la Caisse nationale d’assurance maladie.

Les périodes de chômage

Les trimestres assimilés pendant les périodes de chômage dépendent de l’indemnisation ou non de votre chômage.

  • Si votre chômage est indemnisé, vous pouvez bénéficier d’un trimestre assimilé après 50 jours indemnisés dans la limite de 4 trimestres par an. Votre allocation chômage vous permet en outre de percevoir des points pour votre retraite complémentaire.
  • Si votre chômage n’est pas indemnisé et s’il s’agit de votre première période de chômage non indemnisé, une période de 50 jours vous donne droit à 1 trimestre dans la limite de 6 trimestres (depuis le 1er juillet 2011). Par la suite, les périodes suivantes de chômage non indemnisé, doivent immédiatement succéder à une période de chômage indemnisé. Dans ce cas précis, les trimestres seront comptabilisés de la même façon (50 jours = 1 trimestre) dans la limite de 4 trimestres. Cette limite est portée à 20 trimestres, si vous avez cotisé au moins 20 ans à la retraite et que vous avez plus de 55 ans. Dans tous les cas, pour valider des trimestres, vous devez avoir cotisé au régime général ou à la sécurité sociale des indépendants avant le chômage.
trimestres chômage cotisés non cotisés

Les stages de formation professionnelle et périodes de service national

Pour valider un trimestre lors d’une formation professionnelle, votre gratification doit représenter 150 fois le Smic horaire brut (1). Il faudra donc se renseigner sur le montant du Smic horaire de l’année en cours pour faire vos calculs. Ainsi, selon le nombre d’heures  travaillées lors de votre stage, vous pourrez assimiler de 1 à 4 trimestres.

Dans le cas d’un service national, vous assimilez un trimestre après 90 jours de service, dans la limite de 4 trimestres par an.

Les sportifs de haut niveau

Aujourd’hui, la plupart des sportifs de haut niveau ne sont pas salariés et n’ont pas assez de trimestres pour une retraite à taux plein. Si vous bénéficiez du statut de sportif de haut niveau il faut faire une demande aux fédérations sportives qui à leur tour en feront la demande au ministère. Vous pouvez bénéficier jusqu’à 16 trimestres dans la limite de 4 par an.


(1) Source : https://www.legislation.cnav.fr – SMIC horaire brut 2020 : 10,15 €

Les trimestres de majoration

Les trimestres de majoration sont directement liés aux enfants. En effet, vous pouvez obtenir jusqu’à 8 trimestres de majoration par enfants. Il existe deux types de trimestres de majoration : pour grossesse ou adoption et pour éducation C’est au moment du départ à la retraite que l’on renseigne le nombre d’enfants nés, adoptés et élevés afin de savoir de combien de trimestres on dispose. 

Les trimestres de majoration de maternité ou adoption 

Pour chacun de ses enfants né à partir de 2010, la mère bénéficie de 4 trimestres au titre de la maternité ou de l’adoption, si elle est affiliée au régime général de retraite.

Les trimestres de majoration pour éducation

En plus des trimestres de majoration de maternité ou d’adoption, les parents obtiennent  pour l’éducation de leurs enfants, 4 trimestres de majoration pendant les 4 années qui suivent la naissance ou l’adoption de l’enfant. Ils peuvent se répartir entre eux ces trimestres de majoration pour éducation s’ils en font la demande à leur caisse de retraite, mais à défaut de manifestation dans le délai prévu, ils seront automatiquement attribués à la mère ou partagés de manière égale entre les deux parents s’ils sont du même sexe.

Les parents d’enfants handicapés peuvent demander 1 trimestre de majoration par période de 30 mois d’éducation, jusqu’à 8 trimestres chacun. Cette majoration n’est possible que si l’enfant, âgé de moins de 20 ans, est atteint d’un handicap permanent d’au moins 80% et que sa situation ouvre droit à l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) ou son complément.

trimestre majoration éducation grossesse adoption